Ephéméride
 
Météo  Météociel 
 
   Levé      Phase   Couché 
Soleil     Lune       Soleil

Beauregard à l'altitude 460 m

Webcams

  

 
Recherche



- - - T.S.F. . .Rétro - - -

TSF.jpg

Connexion...
 Liste des membres Membres: 13

Votre pseudo:

Mot de passe:

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne: 0
  Anonymes en ligne: 2
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

La religion - Nos religieux

Les hommes ou femmes d'Eglise de nos villages

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

François GONTARD  1797 - 1864

A Eymeux une pierre tombale dressée contre le choeur de l'église mentionne un curé natif de Meymans.
Le terre plein situé au nord de l'église occupe probablement l'emplacement de l'ancien cimetière 

 curegontard.jpg

"Ici repose François Gontard, curé d'Eymeu,
né à Meymans le 26 mard 1797,
décédé à Eymeu le 20 9bre (novembre)
1864,
l
'humilité et la charité furent toujours ses vertus favorites"

Source: Jean Michel Effantin
 

 -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L'Abbé Fortuné SIBEUD

Curé de la paroisse de 1864 à 1884

Plaque_F_Sibeud.jpg
Plaque dans l'église St Nicolas de Beauregard

----------------------------------

LA CROIX DIMANCHE 25, LUNDI 26 SEPTEMBRE 1910

Un Précurseur

Voici un livre écrit il y a vingt ans, par une main que la mort a déjà

glacée, et qui est un commentaire anticipé prophétique, dirions-nous, tant il

est précis du récent Décret de Pie X sur l'âge de la Première Communion.

L'ouvrage de l'abbé Sibeud, du diocèse de Valence, intitulé la Loi d'âge pour

la Première Communion, vient d'être recueilli par de pieux amis et réédité

avec ce sous-titre : Commentaire historique, théologique et pastoral du Décret

« Quam singulari » .

L'abbé Sibeud est résolument opposé à la coutume de la Première

Communion à 12 ans, et cela sur bonnes preuves qu'il expose clairement.

L'origine, du reste, de cette coutume, lui est tout de suite suspecte elle vient en

droite ligne du jansénisme. Or, on sait l'influence déplorable et latente exercée

par cette erreur sur la vie chrétienne. Elle n'allait à rien moins qu'à faire d'une

religion d'amour un culte de terreur. Sous ce fallacieux prétexte que les

sacrements « sont la récompense d'une vertu longuement éprouvée et solidement

affirmée », le jansénisme prétendait que « la communion est pour les aigles, non

pour les âmes qui rampent sur la terre ». Le malheur voulut que ce préjugé prît

corps et aboutît insensiblement à la « tradition » dont Pie X vient d'affranchir

les petits enfants.

D'ailleurs, Pie X n'a rien innové il n'a fait que requérir l'application des

canons portés par le Concile de Trente et exiger qu'on s'en tînt aux règles du

Catéchisme Romain, canons et règles déjà contenus dans les Décrets du

quatrième Concile de Latran. Il serait trop long de citer ici les textes euxmêmes.

Constatons avec l'abbé Sibeud qu'ils se réduisent à ceci « Que tout

fidèle parvenu à l'âge auquel on distingue le bien du mal se confesse au moins

une fois l'an, en communiant au moins à Pâques. » De là se dégage un principe,

dont le Concile et le Catéchisme de Trente urgeront l'application « Tous

ceux qui ont l'âge de raison sont tenus à la communion pascale. »

Il est vrai que l'on peut se retrancher derrière les mots annos discretionis

et épiloguer là-dessus. Mais, si l'on est sincère, il faut reconnaître que

l'expression latine est exactement traduite par « âge de raison », c'est-à-dire

« âge auquel l'enfant distingue le bien du mal », « âge auquel on jouit de la

raison ». L'étude philologique des deux mots donne ce sens, et l'auteur du

commentaire anticipé le montre abondamment. Il y a, d'ailleurs, d'autres motifs

de traduire ainsi. Le Concile de Trente unifie l'annos discretionis avec l'usum

rationis. Au chapitre quatrième de la vingt et unième session, le Concile, parlant

des fidèles exceptés du précepte pascal, S'exprime ainsi: ... Parvulos usu rationis

carentes, nulla obligari necessitate ad sacramentam Eucharistiae ... Et le quatrième

canon, qui n'a d'autre but que la sanction du quatrième chapitre, parle

seulement de l'annos discretionis.

Les deux expressions s'éclairent donc bien l'une par l'autre. Le Catéchisme,

expliquant la même doctrine, emploie toujours les termes usum rationis, qui

répondent à l'annos discretionis.

Il est inutile de pousser plus avant cette étude de textes. Toutefois,

constatons que le Concile de Trente, n'obligeant pas au précepte pascal ceux qui

n'ont pas l'usage de raison, y oblige tous les autres.

Or, il n'est personne pour nier que l'enfant ait cet usage vers les 7 ans. Et alors

la conclusion découle des prémisses. « La loi d'âge fixe » à souche janséniste «

ne serait donc pas née si

la France chrétienne avait toujours été fidèle au devoir car , c'en est un imposé

par saint Pie V de prêcher le Catéchisme du Concile de Trente », dans lequel il

est dit « Le Concile de Latran a commandé que tous les fidèles reçussent le

Corps sacré du Seigneur, au moins une fois l'an, à Pâques », exceptant toutefois

« ceux qui, à cause de la faiblesse de leur âge, n'ont pas encore l'usage de la

raison ... » Ce qui est encore plus fort et devrait donner à penser, c'est l'anathème

fulminé par le Concile de Trente contre ceux qui nieraient une telle obligation.

(XIII' ses., 9* c.) En quoi l'Eglise ne fait qu'appliquer les paroles de l'Evangile

«Si vous ne mangez la chair du Fils de Dieu ... vous n'aurez pas la vie en vous.»

Les théologiens catholiques sont du même avis. S'il s'en trouve un ou

deux pour faire quelques concessions au préjugé courant, cela n'infirme en rien

cet unanime consensus theologorum.

Saint Antonin semble avoir prévu « les règles d'âge fixe », « queue de la

bête janséniste », quand il déclare que l'on pèche grièvement en éloignant de la

Table Sainte les enfants ayant l'usage de la raison, « sous prétexte qu'ils sont

petits » ou que « ce n'est pas l'usage du pays ». Vesquez, Lugo, Tolet, Sanchez

sont d'accord « Il ne paraît pas possible de fixer un jour, un mois, une année

pour tous. » Saint Thomas avait déjà affirmé que « dès que les enfants

commencent à jouir un peu de la raison, assez pour qu'ils puissent concevoir la

dévotion de ce sacrement, alors on peut le leur donner ». La liste s'allonge, et

les citations accumulées montrent combien est solide la thèse de l'abbé Sibeud,

définitivement consacrée par Pie X.

D'autre part, les objections pleuvent dru comme grêle mais l'auteur ne se

laisse pas intimider pour autant « Comment, lui dit-on, rendre les enfants

aussitôt prêts à bien communier qu'ils sont effectivement raisonnables ? » Il n'a

pas de peine à répondre que ce sera en commençant « dès l'âge le plus tendre

l'éducation chrétienne des enfants ». Ce rôle incombe au prêtre sans doute, mais

aussi et tout d'abord à la famille. Il faut donc que la mère se penche sur cette

petite tête et lui inspire des idées pieuses, qu'elle prenne ce coeur si malléable et

lui insuffle graduellement l'amour du divin sacrement qu'au besoin elle corrige

ses défauts qu'elle oriente enfin cette âme vers la dévotion. C'est une oeuvre

sublime et consolante que celle-là: former une âme d'enfant, la préparer à

recevoir l'Eucharistie ! Que les mères chrétiennes l'entreprennent. L'enfant

« greffera ainsi sa Première Communion sur la grâce du baptême ».

Qu'on n'objecte pas que l'enfant, au moment où il jouit de sa raison, « ne

connaît pas l'Eucharistie, ne croit pas fermement à la présence réelle ».

L'expérience prouve le contraire. Et enfin, le Concile de Trente enseigne que

pour communier avec le respect nécessaire et suffisant, il « faut et il suffit de le

faire avec l'état de grâce. Or, l'état de grâce n'est-il pas d'autant plus assuré que

la jouissance de la raison est plus récente ? »

Mais qui donc décidera « à quel âge on doit donner les saints mystères

aux enfants » ? Le Catéchisme Romain répond « Leur père et le prêtre à qui ils

confessent leurs péchés. » Là-dessus, on se récrie c'est donc, en définitive,

l'arbitraire de ce « jury canonique » qui décide. Et s'il lui plaît de retarder l'âge

de la communion à 12 ans ou même 14, là! Or, l'évêque est supérieur du père et

du prêtre. Il peut donc fixer cette limite.

Tout doux le « jury canonique » n'a pas à établir de limite, puisque

justement on ne doit pas en mettre. Il est simplement « chargé de constater

l'entrée en jouissance de la raison aussitôt qu'elle se réalise ». Il est juge, il

applique une loi; s'il transforme la loi ou en fait une autre, il outrepasse ses

droits. Et quant aux données du jugement à porter, le confesseur de l'enfant n'en

manquera sûrement pas, pour peu qu'il l'observe. Mille détails de la vie de son

petit pénitent lui en révèleront les dispositions intérieures.

L'abbé Sibeud n'hésite pas à poursuivre l'adversaire jusque dans ses

derniers retranchements. Il a l'argument clair, précis, et donne des coups qui

portent. Un courage tout apostolique qui ne craint pas de heurter de front des

idées enracinées, une piété ardente jointe à une juste interprétation des lois

de l'Eglise font vraiment de ce prêtre un « précurseur » du Décret Quam

singulari. S'il lui avait été donné de vivre aujourd'hui, avec quel enthousiasme il

aurait accueilli la mesure du Pape actuel ! Ame eucharistique, il a vu clair

quand il a dit que les âmes mouraient de faim. Nous conclurons, citant de lui

cette remarque dont on reconnaîtra bientôt la justesse « Si la France chrétienne

se meurt, les délais anticanoniques pour la Première Communion suffisent pour

expliquer sa mort. Elle serait certainement pleine de vie, si la loi d'âge moral

divine et canonique avait toujours présidé à la formation des jeunes fidèles. »

Et c'est pourquoi nous bénissons le Décret de Pie X.

G. FAUGERES

 

 

La Croix (1880) Groupe Bayard. Auteur du texte. La Croix (1880). 1910/09/251910/09/26.
Sibeud, F.: La loi d'âge pour la première communion. Commentaire historique, théologique et pastoral du décret "Quam singulari Christus amore" (8 août 1910). Paris, Téqui, 1910.
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

livre.jpg

 


Date de création : 19/01/2014 @ 15:08
Dernière modification : 05/09/2017 @ 19:03
Catégorie :


Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


........................................................... Aux pieds du Vercors, entre l'Isère et les "Monts du matin"
Les 3 villages (av 1951) de l'ancienne commune de BEAUREGARD    (Canton de Bourg de Péage)    Mail: bb26300@gmail.com 
Meymans   Jaillans   Beauregard
ad28.jpg   jaillans 1933.jpg   ad26.jpg
Mey21.jpg   Jaillans21.jpg   BB21.jpg

Situation Limites & 45// Géologie  Google_Earth Protohistoire

Les Archives Communales

Info adhérents (Dernière mise à jour 10 Octobre 2018)

            libre.jpg           Combin_neige.jpg         libre.jpg                 Nos_voisins.jpg
 
 
NOS ACTIONS POUR LE PATRIMOINE
 
VOS PHOTOS ET DOCUMENTS 
stanne2.jpg bb30.jpg j01.jpg Conscrits21.jpg FL.jpg
ligne_vide.jpg
Archives21.jpg
MEYMANS BEAUREGARD
(Agglo)
Combin 1901
 JAILLANS

La Jaille
CONSCRITS Beauregard
Meymans   Jaillans
METIERS Communes voisines Documents
A déchiffrer
Météo
Avant
Code 1937
 
Villages vus d'avion (IGN): 1944   1948   1956    1972   2001
 
ecole21.jpg Les gens21.jpg Loisirs21.jpg Industrie21.jpg Guerres21.jpg Nature21.jpg CP21.jpg Presse21.jpg
Groupes
Cours
Groupes
Portraits
Sports
Chasse
Vélo
T de F 18
Carrières
Transport
SIKA
Pétrole
Charbonniers
Monuments
Vercors
Verdun
Divers
Nos poilus
Buis!
Orchidées
Arbres
Oiseaux
Divers
Variée
Réclames
Kitsch
Paysages
Archi
Ste Anne
Jonchère
Fêtes
Ecoles
Romans
Trésor
 
 
commune21.jpg religion21.jpg patois21.jpg chronique21.jpg Faune21.jpg  eau21.jpg   CAP21.jpg logo_mbab.jpg 
Beauregard
Meymans
Crispalot 
Le Drapeau
Cadastre Napoléon
Ancienne Maison
Beauregard
Meymans
Cloches
statues
Religieux
St Ennemond
St François Régis 
Poré Jacob
Elections 
Jacquemart
L'Almanach
 
Bûcherons
Cuisine   
Charlie
Les Fours
Savoir Faire
Nos oiseaux
Les Chamois 
Vidéo 2
Video 4
Histoire d'eau
Fontaine 
Le C.A.P. 
Forum 2015
Moras
Hostun
But
Infos site
Archive statues
AG 2016
 
 
 

Suite .........................

^ Haut ^